A quel âge acheter une draisienne ?

Une fois passés les premiers mois de maternage, c’est déjà le moment pour l’enfant de s’essayer à souffler sa première bougie. Tous les parents sont d’accord là-dessus : on ne voit pas le temps passer !

Vers 18 mois, les enfants apprécient de manipuler chariots à pousser, porteurs, etc… et regardent avec des yeux plein d’envie les plus grands qui pédalent ou foncent déjà avec leur trottinette.

Puis le temps vient où l’enfant réclame plus d’autonomie et la question du choix de la première draisienne se pose : à quel âge est-il le plus pertinent de proposer une draisienne à son enfant ? Y-a-t ’il un âge minimum pour pouvoir faire ses premières tentatives ?

Être à l’aise avec son corps pour maîtriser un objet extérieur en déséquilibre

Tous les enfants ont un rythme de développement propre et même si on peut indiquer sans trop se tromper qu’un enfant pourra monter sur une draisienne entre 20 et 24 mois, il est préférable de s’assurer qu’il est prêt au niveau psychomoteur pour le lui proposer. En effet, pour d’autres enfants, le bon moment sera plutôt vers 28-36 mois.

Le principe de base de la draisienne est qu’elle ne tient pas en équilibre toute seule (contrairement aux porteurs et autres véhicules à 3 ou 4 roues). C’est bien l’enfant qui va la maintenir entre ses jambes à l’arrêt et qui va gagner son équilibre dès qu’il aura pris de la vitesse en poussant sur ses jambes.

Pour pouvoir utiliser une draisienne, l’enfant doit donc être tout à fait à l’aise avec la marche et la course. C’est aussi souvent le moment où il appréhende de façon ludique le déséquilibre : il s’essaie à sauter à pieds joints, à tenir sur un pied quelques secondes, etc… et il coordonne de mieux en mieux ses mouvements.

A vous d’observer votre enfant et de voir si ces éléments sont réunis. Si c’est le cas, il est mûr pour l’apprentissage de la draisienne !

Comment choisir une draisienne adaptée à la taille de l’enfant ?

Comme lorsque l’on choisit un vêtement pour son tout-petit, il faut éviter de voir trop grand ! Sinon, au mieux la draisienne ne sera pas utilisable tout de suite et au pire cela risque de décourager l’enfant qui mettra plus de temps à y revenir par la suite.

Dans les faits, il est important de s’assurer que la draisienne est réglable en hauteur sur ses différents points (hauteur d’assise et de guidon), ce qui est généralement le cas d’une draisienne de qualité (chez Cyclable).

En effet, la draisienne doit être exactement à la taille de l’enfant… et cela se joue au centimètre près !

Petite explication : pour être dans une position optimale afin de maintenir la draisienne entre ses jambes et pour se propulser de la façon la plus efficace, l’enfant doit être bien assis sur ses ischions et ses pieds doivent toucher le sol des orteils aux talons. Ses jambes sont donc naturellement fléchies et sa position est parfaitement physiologique avec le buste les jambes dans le même alignement.

Or, si la draisienne n’est pas à sa taille :

  • L’enfant ne pourra pas s’installer confortablement sur la selle
  • Ses pieds ne toucheront pas le sol

Ces deux éléments le mettront en insécurité puisqu’il ne sera pas dans une position idéale pour maintenir l’équilibre de la draisienne. Imaginez-vous sur un vélo deux fois trop grand, vous aurez une image de ce sentiment désagréable que l’enfant pourrait ressentir…

Si vous pensez que votre enfant est prêt, il ne vous reste plus qu’à choisir une draisienne, soit en l’essayant dans un magasin (Spécialiste ou boutique de jouets ou de vélos) soit en la choisissant sur internet. Le budget des draisiennes est très variable. Il existe des draisiennes pas chères (sur Ebay) comme des draisiennes qui sont presque des œuvres d’art et qui nécessitent un budget plus important. C’est à vous de faire votre choix !

Comment aider son enfant à se servir de sa draisienne ?

Dans les faits, cela passe d’abord et surtout par les mots employés, puis par notre attitude globale contenante dans cette première étape décisive de première prise d’autonomie :

  • Valoriser son enfant : verbaliser le fait que l’enfant est devenu grand, qu’il est capable de faire du vélo.
  • L’associer dans la préparation de la draisienne, dont le montage est souvent basique. Cela permettra de pouvoir régler précisément la hauteur de la selle et du guidon à la taille de l’enfant.
  • Donner des éléments de prévention à l’enfant sur les notions de sécurité de base (porter un casque, apprendre à s’arrêter, rester sur un parcours sécurisé, etc…).
  •   Choisir un lieu parfaitement adapté pour les premiers essais, ce qui est souvent déterminant (lieu sécurisé et peu fréquenté, éventuellement avec un léger faux-plat).
  • Proposer la draisienne régulièrement au quotidien.
  • Favoriser le « faire ensemble » : l’enfant sera fier de pouvoir faire de petits trajets sur une piste cyclable au côté de son parent ou de son grand frère qui roule lui-même à vélo
  • Se rendre disponible et accompagner son enfant en cas de déception ou de chute.

Pourquoi la draisienne devient rapidement indispensable aux parents et aux enfants ?

La draisienne, une fois bien maîtrisée, permet d’aller relativement vite et loin.
Elle peut même remplacer la poussette ou la trottinette dans certaines familles (l’enfant qui est assis mobilise uniquement ses membres inférieurs de façon alternée, ce qui fatigue moins que lors d’un déplacement à pied ou même sur une trottinette).

Elle servira autant pour les petits trajets du quotidien (maison-crèche ou nounou, maison-école, maison-marché…) ou pour les déplacements lors des vacances, notamment lorsque la famille part découvrir une ville, ce qui peut être relativement fatigant pour un petit enfant.

Les débuts de l’autonomie rapide…

Et une fois ces premiers apprentissages mis en pratique par l’enfant, et passées les quelques frayeurs du parent, il sera déjà temps de passer à d’autres expériences : la gestion de la vitesse, le freinage, la direction…
On est souvent étonné de la vitesse d’acquisition de certains réflexes par les plus jeunes, et cela avec un grand enthousiasme et sans inquiétude particulière ! On aimerait, en tant qu’adulte, retrouver cette fraîcheur et cette confiance dans les apprentissages de base.
L’étape de la draisienne dure quelques mois ou quelques années, puis ce sera le passage sur un vélo et c’est alors une nouvelle aventure qui commence !

Utile pour compléter :

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *