Du sein au biberon : comme s’y prendre pour le sevrage ?

biberon

L’allaitement est naturel et préconisé dès la naissance, par l’OMS (organisation mondiale de la santé). Toutefois, avec la reprise du travail, il est important que l’enfant apprenne à boire au biberon, même si c’est du lait maternel. La période du sevrage se prépare progressivement en douceur, en diminuant le nombre de tétées et en achetant le matériel adéquat.

Débuter un sevrage à la reprise du travail

Comment concilier allaitement et travail ? Cela relève parfois du défi ! Une quinzaine de jours avant la reprise, commencez à supprimer la tétée de midi par exemple, que vous ne pourrez pas assurer lorsqu’il sera à la crèche ou chez l’assistante maternelle. Une semaine avant le travail, votre enfant sera accueilli en adaptation au domicile de la professionnelle de la petite enfance ou en structure. Ces courts moments de séparation peuvent être l’occasion de supprimer une tétée de l’après-midi.

Ensuite, vous avez 2 choix : soit poursuivre votre allaitement en tirant votre lait au tire-lait électrique (que l’on peut louer à la pharmacie) ou manuel, soit remplacer la tétée par un biberon de lait en poudre.

Poursuivre son allaitement au travail

L’allaitement peut continuer avec la tétée du matin et du soir. Pour relancer la lactation, certaines mamans allaitent exclusivement au cours des week-ends. En effet, plus on allaite, plus le corps produit du lait.

Lorsqu’on décide de poursuivre l’allaitement exclusif, il est fondamental d’exprimer son choix auprès de l’assistante maternelle ou de la crèche, pour voir si l’allaitement est accepté.

Bien entendu, vous devez pouvoir tirer votre lait sur votre lieu de travail et il vous faut un réfrigérateur sur place. Selon le Code du Travail, normalement, les entreprises employant plus de 100 femmes doivent mettre à disposition une pièce d’allaitement répondant à des critères d’hygiène. Cette disposition n’est pas mise en pratique dans la plupart des sociétés. Pensez aussi aux petits accessoires d’allaitement.

De plus, pour pouvoir tirer leur lait en toute sérénité, les femmes disposent d’une heure par jour de pause, ce qui se matérialise par une ½ heure le matin et une ½ heure l’après-midi, durant la première année de bébé. Cette heure peut ne pas être rémunérée. Rien ne l’indique dans la législation. Toutefois, la convention collective ou l’employeur peut rémunérer la femme.

Arrêter l’allaitement

Inversement, la femme peut décider que la reprise du travail soit la fin progressive de l’allaitement. Vous pouvez opter pour un lait artificiel 1er âge, avant 6 mois ou 2ème âge, après 6 mois. Il existe des laits relais, plus digestes. Demandez conseil au pédiatre, pour choisir un lait adapté aux besoins de bébé.

Conseils pour faciliter la transition sein / biberon

Achetez un biberon avec une tétine conçue pour l’allaitement mixte. La tétine en silicone est plus dure et demande à l’enfant un effort de succion proche de celui qu’il fait, quand il tète au sein.

Oubliez les tétines en caoutchouc qui sont relativement souples, ce qui entraîne pour certains enfants gloutons, un détournement du sein immédiat.

Avec la diminution de l’allaitement, les femmes ont moins de lait et la production se tarit progressivement. Toutefois, au début, les montées de lait peuvent être fréquentes et douloureuses. Le sein peut être dur et tendu. Ayez le réflexe de la douche chaude, qui soulage la douleur.

Surveillez vos seins, car l’accumulation de lait dans les canaux peut entraîner une inflammation, que l’on appelle l’engorgement. Portez un soutien-gorge qui ne soit pas trop serré, avec un bon maintien, de type brassière de sport pour ne pas comprimer le sein.

Pour sevrer un enfant d’un an voire plus, rendez-vous sur l’article Arrêter l’allaitement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *