Les allergies alimentaires chez bébé ou le jeune enfant.

Les allergies alimentaires touchent de plus en plus de bébés et d’enfants.

Lactose, gluten, crustacés, fruits à coque… ces aliments allergènes pour certains enfants posent de réels problèmes aux familles.

Comment détecter une allergie ?

Il y a plusieurs manières de détecter une intolérance ou une allergie. Les réactions
sont plus ou moins violentes, selon les enfants.

  • Œdème de Quincke : la peau du visage, autour de la bouche et la gorge, ainsi que la langue enflent pendant quelques minutes ou plusieurs heures. Le contact avec l’allergène provoque une réaction violente et peut mener à l’étouffement, si l’enfant n’est pas pris en charge rapidement. Il est impératif de se rendre aux urgences.
  • Les réactions digestives : coliques et vomissements peuvent être le lot des enfants qui présentent des allergies. Ces symptômes sont fréquents en cas d’intolérance au lactose.
  • Les réactions cutanées : il n’est pas rare que certains enfants présentent des irrégularités au niveau de la peau, en complément ou pas des précédentes réactions. L’ezcéma et l’urticaire peuvent provoquer de violentes démangeaisons.

Les parents découvrent souvent les allergies, lors de la diversification alimentaire vers l’age de 6 mois. (sauf pour le lactose, que l’on peut découvrir dès l’introduction du biberon).

Il est important de consulter un allergologue, pour effectuer les tests. Ces derniers sont désagréables mais pas douloureux : le médecin pose une goutte de l’allergène sur le bras et appuie avec un bâtonnet. Les résultats sont visibles rapidement. L’enfant présente un bouton rouge, qui démange, s’il réagit à l’allergène.

Les tests peuvent se révéler négatifs, malgré les symptômes d’intolérance de l’enfant. Le médecin allergologue pose des patchs dans le dos, imbibés de l’allergène, durant 24 heures. S’il n’y a pas de réaction cutanée (comme de l’ezcéma), le médecin allergologue pourra décider d’un examen sanguin, pour éclaircir la situation.

Les repas en famille et en collectivités

Quand on a un enfant allergique à la maison, on s’adapte au fur et à mesure pour éviter les aliments allergènes. La lecture d’étiquettes est indispensable au supermarché.

Si l’enfant allergique n’est pas l’aîné, il est indispensable d’expliquer aux autres enfants de la fratrie, l’importance du problème et d’essayer de faire le même repas pour tout le monde, afin de partager vraiment les repas.

Les parents doivent être vigilants lors des repas de famille. Les grands-parents, oncles, tantes, cousins… doivent respecter l’éviction à tout prix. Hors de question de laisser Mamie donner une pâte à un enfant allergique au gluten, sous prétexte qu’il la regardait les yeux pleins d’envie.

Il fait partie du rôle des parents de sensibiliser son entourage.

Dans les écoles, des plans d’accueil individualisés sont mis en place, pour accueillir l’enfant en toute sécurité. Généralement, les professeurs des écoles, la cantine et le médecin scolaire travaillent en partenariat, pour que l’enfant puisse rester déjeuner à l’école, avec ses camarades.

Les magasins bio et rayons de supermarchés spécialisés s’adaptent et proposent de plus en plus de choix et des produits de qualité. Le repas doit rester un plaisir et les marques bio offrent des sélections de produits, ayant du goût et des apports nutritifs satisfaisants.

La gamme de produits sans gluten s’étoffe peu à peu : il devient possible de faire des repas savoureux pour toute la famille, sans gluten. Inutile de confondre allergie et régime alimentaire : un enfant allergique n’est pas un enfant qui a besoin de perdre de poids.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *