Le diabète et la grossesse

Lors d’une grossesse, un suivi médical est assuré pour toutes les femmes, au rythme de 7 visites prénatales obligatoires et d’une échographie par trimestre.

La première visite est essentielle pour assurer le bon déroulement de la grossesse : elle permet de voir si la femme a des antécédents médicaux.

Le diabète est une pathologie due à un taux de sucres trop élevé dans le sang, c’est-à-dire une “sorte d’intolérance au glucose”.

Il peut survenir à tous les moments de vie et nécessite un régime alimentaire particulier et un traitement par insuline.

Un diabète bien équilibré durant 9 mois assure une grossesse sereine et en pleine santé. Au cours de la grossesse, certaines femmes peuvent déclencher un diabète gestationnel, qui se détecte avec le test de O’Sullivan.

Cet état est provisoire et disparaît à l’accouchement. Toutefois, il nécessite une surveillance accrue pour la femme enceinte.

Etre diabétique et enceinte

Le corps médical parle de grossesse à risque, pour les femmes diabétiques. Néanmoins, il faut savoir qu’une future maman peut vivre une grossesse “normale”.

Pour une femme diabétique, l’idéal est de communiquer avec son médecin, en parlant de son désir de grossesse. Avant même l’arrêt de la contraception, la femme aura des contrôles plus nombreux pour vérifier le taux de sucre dans le sang, dans le but de voir s’il faut augmenter ou pas le nombre d’injections d’insuline par jour. La future maman doit avoir un taux stable afin d’éviter des malformations de l’enfant.

Durant 9 mois, la femme enceinte aura un grand nombre d’examens sanguins pour avoir un taux le plus régulier possible.  Quelles sont les répercussions sur l’enfant dans le cas contraire ?

Le bébé peut être en surpoids à la naissance, avec un poids d’environ de 5 kg, ce qui signifie que l’accouchement sera plus compliqué et se déroulera sous césarienne d’office.L’enfant peut également être placé sous assistance respiratoire, vu que ses poumons ne se sont pas autant développés, à cause du diabète.

En fin de grossesse, la maman a de nombreux monitorings pour surveiller le rythme cardiaque de bébé.

Déclarer un diabète gestationnel durant la grossesse

10% des femmes sont atteints de diabète gestationnel, en raison d’une mauvaise absorption des sucres dans le sang. Non traité, le diabète gestationnel peut entraîner de graves conséquences pour l’enfant, qui peuvent aller jusqu’à la mort du fœtus. La femme enceinte peut souffrir d’hypertension artérielle, d’infections urinaires et vaginales.

Y a-t-il des prédispositions au développement du diabète gestationnel ? Certaines femmes sont plus susceptibles d’être en proie à cela :

  • Un terrain héréditaire favorable, avec des personnes diabétiques dans la famille.
  • Le surpoids de la future maman.
  • L’âge. Au-delà de 35 ans, le risque de diabète gestationnel est plus élevé.
  • Une prise de poids trop importante au cours des premiers mois de grossesse.

On peut détecter ce type de pathologie, grâce à la présence de sucre dans les urines et au test O’Sullivan, qui consiste à faire une prise de sang à jeun et une autre, une heure plus tard, suite à l’absorption de 50 grammes de glucose.

Ce test de surcharge en glucose n’est pas systématique et n’est proposé qu’aux personnes à risque, au cours du 6ème mois. Fort écœurant, ce test peut provoquer des nausées sans gravité aux femmes enceintes.

Comment vivre avec un diabète gestationnel ? Dans la plupart des cas, un régime alimentaire et une activité physique de 30 minutes par jour suffisent. Seulement 10% des femmes sont dans l’obligation de s’injecter de l’insuline.

Suite à l’accouchement, le diabète gestationnel disparaît-il vraiment ? Dans la majorité des cas, le taux de sucres revient à la normale, dans les semaines qui suivent la naissance. L’allaitement contribue au retour à l’équilibre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *