Quelle contraception après l’accouchement ?

La contraception est une affaire de mode de vie, de “goûts” et surtout de personnalité. Chaque femme a le choix parmi une multitude de modes de contraception. Toutefois, après l’accouchement, il n’est pas évident de s’y retrouver. Entre la fatigue, une épisiotomie, des contractions utérines durant l’allaitement, le temps consacré à bébé et l’image que la femme porte sur son corps, le retour d’une vie sexuelle active peut être un peu laborieux.

Toutefois, il est important de se préoccuper du mode de contraception post accouchement, lors de la grossesse. La maman ne sait pas combien de temps elle va allaiter et si son allaitement sera exclusif ou mixte. Alors que choisir entre la pilule, l’implant, le stérilet, même si le préservatif reste une valeur sûre ?

Contraception et allaitement : est-ce utile ?

Beaucoup de femmes se posent la question de l’utilité de choisir une méthode de contraception, alors qu’elles allaitent. L’allaitement véhicule l’idée qu’il est impossible de tomber enceinte, durant le laps de temps où une femme donne le sein. Pourtant, ce n’est pas un mode de contraception en soi. Pourquoi ?

Le fait d’allaiter empêche toute grossesse, durant 6 mois, si et seulement si :

Il est exclusif. Un allaitement mixte diminue le nombre de tétées par jour et donc entraîne une baisse de la lactation.
Il se fait à la demande, jour et nuit. L’allaitement ne doit pas être restreint à quelques plages horaires dans la journée. Pour les mamans qui travaillent, on ne considère pas que le fait de tirer son lait plusieurs fois dans la journée soit une alternative à l’allaitement exclusif, dans le domaine contraceptif.
La femme n’a pas ses règles. L’absence de règles est la condition sine qua none. Le retour de couches est différent pour chaque femme. Les délais sont très variables entre 3 semaines et un an.

L’allaitement est tout à fait compatible avec un mode de contraception, quel qu’il soit, à partir du moment où il est intégré dans le mode de vie de la femme.

Les différents modes de contraception après la naissance

La panoplie des contraceptifs est grande même pour une femme qui vient d’accoucher. Il n’y a aucun délai édicté par le corps médical, pour reprendre une vie intime avec son partenaire. Il est essentiel d’attendre la cicatrisation totale, en cas d’épisiotomie ou de déchirure. En général, il est préférable d’attendre 3 semaines, voire 1 mois. Le préservatif reste l’option la plus simple, pour la reprise d’une activité sexuelle sans risque.

L’allaitement mixte oblige la prise d’un contraceptif. La pilule est autorisée. Toutefois, hors de question de reprendre le médicament prescrit avant la grossesse. La plupart du temps, les femmes ont des pilules dites combinées, qui contiennent à la fois, des progestérones et des œstrogènes. Avec l’allaitement, seule une pilule progestative est permise, 3 semaines après l’accouchement. Avec l’arrêt de l’allaitement, il est possible de reprendre une pilule combinée.

La femme en allaitement mixte peut également se faire poser un implant 1 mois après l’accouchement. Le stérilet, qu’il soit en cuivre ou hormonal, peut être posé 6 semaines après la naissance de l’enfant. Si la femme a eu une césarienne, elle peut faire poser un stérilet, tout en respectant bien la cicatrisation de l’utérus.

Si l’allaitement demande un peu de précaution, pour les femmes qui donnent le biberon à leur bébé, la contraception est très libre. Immédiatement, après l’accouchement, il est possible de faire poser un implant ou de prendre une pilule progestative. Au bout de 3 semaines, il est possible de reprendre la pilule qui était prise avant l’accouchement.

Techniquement, une femme peut faire poser un stérilet dans les 48 heures qui suivent l’accouchement, mais peu de personnes choisissent cette option. La plupart du temps, le stérilet est posé 1 mois après l’accouchement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *