La diversification alimentaire de bébé. Quand ? Comment ?

Bébé franchit une étape cruciale dans l’apprentissage du goût, lorsqu’il mange sa première cuillère de purée de carottes.

Curieux, les enfants aiment goûter de nouvelles choses. La diversification alimentaire est une aventure culinaire pour bébé, qui découvre la texture solide, mixée, plus épaisse que le lait.

Oubliez les repas où le bavoir n’avait que quelques taches de lait.

 

En effet, l’enfant a envie de toucher la nourriture, pour sentir sa consistance. De plus, bébé est invité à la table familiale : sur sa chaise haute, il participe au repas à sa manière, avec ses parents.

Il est important de favoriser ses moments de convivialité. En 2013, 29 % des enfants de 0 à 3 ans ont pris leur repas devant un écran (télévision, ordinateur…). Ces habitudes engendrent un manque de plaisir et de découverte des aliments chez l’enfant. Il est donc important de varier son alimentation mais aussi de faire attention à la manière de lui donner ses repas.

Toutefois, la diversification alimentaire doit se faire petit à petit. En brûlant des étapes et en introduisant trop tôt certains aliments, l’enfant peut déclarer une intolérance voire une allergie, qui nécessitera une éviction de l’aliment à vie.

Jusqu’à 6 mois, seul le lait maternel ou en poudre 1er ou 2ème âge est nécessaire à l’alimentation de l’enfant.

De 4 à 9 mois : une alimentation mixée pleine de saveurs

La diversification alimentaire se déroule entre 4 et 18 mois. L’enfant va passer d’une alimentation peu variée et semi liquide à une nourriture quasiment identique à celle d’un adulte.

Entre 4 et 6 mois, l’enfant goûte ses premiers légumes : carottes, poireaux, haricots verts, épinards, courgettes, brocolis. Privilégiez un légume à la fois.

Seule la pomme de terre peut servir de liant. Si vous n’achetez pas de petits pots, la préparation doit ressembler à une soupe épaisse et sans morceaux, à déguster à la cuillère.

Trois semaines après l’introduction des légumes, bébé peut savourer ses premiers fruits, sous forme de compote. Optez pour des parfums : pomme, banane, poire, pêche ou nectarine.

Les légumes et les fruits sont des sources essentielles pour un apport en fibres, en vitamine C et B9, béta carotène et en minéraux. Toutefois, le transit de l’enfant peut subir des perturbations, avec l’introduction de la nourriture solide.

Ce problème peut se régler naturellement en lui donnant les produits adaptés. En cas de constipation, la pomme ou la compote de pruneaux peuvent faciliter le transit. A l’inverse, en cas de diarrhée, misez sur des fruits consistants comme la banane ou le coing.

Si vous faites votre purée ou compote vous-même, privilégiez une cuisson à la vapeur ou à l’eau. La préparation doit être finement mixée, sans ajout de sel ni de sucre.

A 6 mois, les parents peuvent introduire la viande, comme le jambon, l’agneau, le veau, la volaille ou le bœuf. 20 grammes par jour suffisent. La viande doit être hachée finement et surtout bien cuite. Elle apporte des protéines et du fer.

Même si le lait reste un aliment de base, bébé peut avoir un apport de calcium et de protéines supplémentaire, grâce aux laitages, sous forme de yaourt nature ou de petit-suisse.

A 7 mois, il est possible de donner à bébé des biscuits et du pain, qui apportent de l’amidon et la vitamine B.

Pour la cuisson ou sur du pain, l’enfant peut commencer à introduire les graisses avec modération : une noisette de beurre, source d’apport en vitamine A et une cuillère d’huile. Optez pour des huiles de noix, de colza, riches en oméga 3, de germe de blé ou de tournesol, pleine d’oméga 6.

Après la viande, bébé peut avoir d’autres sources de protéines, telles que le jaune d’œuf ou le poisson (colin, sole, limande, lieu ou cabillaud). Le saumon et le thon sauvages sont parfaits pour apporter des acides gras essentiels, à l’alimentation. Cuisinez-les pochés à la vapeur.

L’enfant de 7 mois grandit et maîtrise de mieux en mieux la mastication. Il peut désormais manger des fruits en morceaux et des grains de raisin sans pépin.

Coupé en petits morceaux ou en lamelles, l’enfant peut commencer à manger un vrai produit du terroir : le fromage. Pour débuter, il est préférable de choisir un fromage à pâte dure comme la tomme, l’emmental ou le gruyère.

De 9 mois à 18 mois, une nourriture en morceaux comme les grands

A 9 mois, les féculents sont introduits dans la nourriture de bébé. L’enfant va découvrir les céréales : pâtes, vermicelles, semoule… Il peut également manger un oeuf entier, le blanc y compris.

Bébé peut quasiment goûter à tous les fromages d’un plateau sauf ceux au lait cru, qui sont déconseillés avant 2 ans. La variété de légumes s’élargit avec des tomates, des betteraves rouges, du chou-fleur et du céleri.

A 1 an, le système digestif de l’enfant est plus solide et mature, ce qui lui permet de consommer des fruits, jusqu’alors prohibés comme les kiwis, les fraises ou les fruits exotiques.

Il peut également manger des légumes riches en fibres tels que le chou vert, les choux de Bruxelles ou les artichauts. Evitez les fruits oléagineux, comme les noix, les noisettes, les amandes ou les cacahuètes.

Ils ne peuvent être consommés, par des enfants en bas-âge, qu’exclusivement en poudre dans une préparation. Ils sont sources de lipides et de vitamine E.

A 18 mois, l’enfant introduit pour terminer sa diversification alimentaire, le riz et les légumes secs, comme les haricots et les lentilles, relativement difficiles à digérer. Néanmoins, elles sont des sources non négligeables de fibres, de protéines et de fer.

Une réflexion sur « La diversification alimentaire de bébé. Quand ? Comment ? »

  1. Bonjour,

    Je vais sauvegarder vos conseils d’alimentation pour bébés. Cela m’aidera beaucoup à préparer à manger pour mon fils. Je voudrais savoir plus sur la manière de donner le repas aux enfants, car mon poussin n’avale rien s’il n’est pas devant la télé ! Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *