Cuisiner pour bébé

Avant 6 mois, le menu de bébé est très simple : du lait tous les jours de jour comme de nuit.

Avec la diversification alimentaire, à partir de 6 mois, l’enfant apprend à goûter de nouvelles saveurs et développe le sens gustatif (n’oubliez pas l’indispensable bavoir).

La texture semi liquide, plus épaisse que le lait interpelle votre enfant. L’introduction de la nourriture solide se fait généralement le midi.

L’aliment doit être proposé entre deux tétées (tétée sandwich) ou à une moitié de biberon pour faciliter la digestion.

Des purées, le premier pas vers la diversification alimentaire.

Carottes, épinards, haricots verts, pommes de terre…
Vous avez le choix pour introduire des légumes dans l’alimentation de votre enfant.

L’idéal est de commencer par les légumes en premier, puis une quinzaine de jours plus tard, par les fruits, pour éviter que bébé ne rejette les légumes, préférant le goût sucré des fruits.

Pour faire une purée maison à son bébé, pas besoin d’être une grande cuisinière. Faites cuire les légumes à la vapeur ou à l’eau.

Une fois la cuisson terminée, mixez avec le liquide de cuisson ou de l’eau bouillie, jusqu’à l’obtention d’une purée onctueuse, voire semi-liquide. Vous pouvez aussi ajouter du lait maternisé à votre recette.

Commencez par des purées avec un seul aliment.

Il est important de varier afin que bébé ne souffre pas de troubles du transit intestinal comme la constipation (ce qui est très fréquent à l’introduction de l’alimentation solide).
De plus, vous pouvez faire des purées contenant plusieurs légumes : les enfants raffolent des purées aux pommes de terre / carottes / courgettes.

Vous pouvez aussi faire des soupes, servies à peine tièdes. La texture liquide plaira à l’enfant. A partir de neuf mois, vous pouvez faire des soupes à base de bouillon de poule, l’idéal étant de faire son propre bouillon et de ne pas utiliser les cubes.

A noter que les soupes et purées ne se conservent pas plus de deux jours au réfrigérateur, mais peuvent être congelées trois mois en portions individuelles, dans un bac à glaçons par exemple.

Des compotes et des bouillies, du sucré pour bébé.

Les compotes sont toujours très appréciées par les petits. Pommes, poires, coings, pêches, bananes, pruneaux (en cas de constipation)… bref, le choix ne manque pas pour régaler les papilles de son enfant.
Les fruits peuvent se cuire à la casserole ou à la vapeur. Les parents ont tendance à ajouter un peu voire beaucoup de sucre afin de masquer l’acidité du fruit, ce qui n’est pas un bien. Il faut simplement laisser Bébé apprendre à découvrir des saveurs nouvelles et même, celles qui piquent un peu la langue !

Pour épaissir les compotes et augmenter le bol alimentaire quotidien de Bébé, vous pouvez ajouter des « céréales » comme la bouillie de riz, de millet, de la semoule…

Des petits plats pour manger comme un grand.

Vers 18 mois, bébé est devenu un gourmet. En effet, tous les aliments ont été introduits. A 7 mois, les produits laitiers comme les petits suisses font leur apparition. A 8 mois, l’heure des protéines a sonné : viandes, poissons et jaune d’œuf complètent, de façon non négligeable, les repas de l’enfant. Le riz et les pâtes viennent s’ajouter à la liste dès 10 mois.

A un an, on commence à être grand : le blanc d’œuf, le chocolat et le miel sont d’autres saveurs à explorer. A 18 mois, les légumineuses comme les flageolets viennent terminer la diversification alimentaire.

Bébé peut manger comme un grand. A vous les plats familiaux comme le hachis parmentier, les saucisses de francfort aux haricots, les boulettes de viande aux légumes…
Les sucreries, des tentations pour les petits.

Viennoiseries, biscuits, gâteaux, bonbons, il y a du choix en matière de douceurs pour les petits comme les grands. Hors de question de priver un enfant ! Pourtant, pour prévenir l’obésité et conserver un bon équilibre alimentaire, il est recommandé de limiter la consommation de sucreries. De temps en temps, un pain au chocolat ne peut pas faire de mal, à condition que cela ne soit pas à chaque petit déjeuner et goûter.

Si votre enfant est un « bec »sucré, optez pour les desserts maison afin que vous puissiez réduire le taux de sucre et de graisses. Il est très simple de réaliser des gaufres, des desserts aux fruits, au miel ou encore au sirop d’érable, qui ont un pouvoir sucrant naturel.

Et si bébé est allergique ?

Les médecins recensent de plus en plus d’enfants allergiques. Œuf, gluten, lait, fruits à coque… la liste est longue. Les réactions sont plus ou moins violentes : elles peuvent être des troubles digestifs ou bien pire, se transformer en œdème de Quincke (appelé angio-œdème). Il est essentiel, pour les parents, de s’adapter et de s’informer sur les risques et comment cuisiner sans cet ingrédient.

Certains magasins de puériculture naturelle, magasins bio et associations de parents allergiques proposent des ateliers durant lesquels on apprend des recettes pour mieux cuisiner sans risque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *