Grossesse et ramadan, comment le gérer ?

Ramadan enceinte

Le ramadan est une tradition de la religion musulmane, qui a lieu lors du 9ème mois du calendrier musulman. Durant cette période, toute personne pratiquante se doit d’observer un jeûne strict, sans manger, ni boire, de l’aube au coucher du soleil.

La rupture du jeûne se fait tard dans la nuit, ce qui peut être extrêmement éprouvant physiquement, durant un mois d’été, jusqu’à la fête de l’Aïd. Alors comment pratiquer le ramadan enceinte ?


Les chefs religieux estiment que les femmes en état de grossesse doivent respecter l’un des cinq piliers de l’Islam. Toutefois, ce jeûne ne doit être observé que si et seulement si la future maman est en bonne santé (absence de diabète, de nausées…). Comment concilier grossesse et jeûne, durant la journée ? Quels sont les signes avant-coureurs qui annoncent une rupture de jeûne, afin d’éviter déshydratation et malaises ?

Mener son jeûne enceinte, en toute sécurité pour son bébé

Le jeûne du ramadan ne dure qu’un mois. Toutefois, cela peut être éprouvant pour la femme enceinte, selon le trimestre dans lequel sa grossesse se situe. Au cours du premier trimestre, la femme peut avoir plus de facilités à faire le ramadan. Elle n’a pas besoin d’apports nutritionnels particuliers. Toutefois, si elle souffre de nausées, elle ne peut jeûner, sous risque d’être complètement déshydratée.

Si le ramadan tombe au cours du 2ème ou du 3ème trimestre, la femme enceinte doit impérativement se ménager. Que faire pour tenir le jeûne, tout en préservant bébé ?

  • Evitez à tout prix les longues marches et le port de charges lourdes, qui nécessitent de réelles ressources physiques.
  • Posez des jours de congé durant le ramadan, afin de prévoir des temps de repos.
  • Demandez un arrangement avec votre employeur, afin de pouvoir dormir, aux heures les plus chaudes de la journée.
  • Demandez conseil à votre médecin, car allier travail, grossesse et jeûne peut relever du défi à 7 mois de grossesse.

Le ramadan est une fête. Toutefois, en tant que femme enceinte, il est conseillé de se coucher tôt, afin de ne pas dérégler son sommeil.

Du coucher au lever du soleil, il est autorisé de manger et de boire. Pour la future maman, l’idéal est de fractionner ses portions d’alimentation et d’éviter les aliments trop gras, qui sont indigestes. Avec un repas trop lourd, le soir juste avant le coucher, la femme peut être en proie à de l’acidité gastrique.

Il est conseillé de prendre un solide petit-déjeuner, digne d’un repas, avant le lever du soleil, afin d’avoir de l’énergie à brûler au cours de la journée. Évitez le sucre, comme les céréales, le miel, la confiture, qui auront un effet boomerang. La maman aura une chute de glycémie, ce qui lui provoquera malaise et vertiges, 2 à 3 heures après la prise du petit-déjeuner.

La rupture du jeûne en cas de danger pour l’enfant

Le jeûne peut être proscrit pour les futures mamans. Hors de question de mettre en péril l’enfant ! Les femmes qui ont du diabète ou qui déclarent un diabète gestationnel ont besoin d’un apport nutritionnel régulier au cours de la journée.

Les médecins sont formels quant au jeûne du ramadan. Sauf l’exception du diabète, la future maman peut assumer un jeûne. Toutefois, ce qui pose problème, est bien le manque d’apport hydrique au cours de la journée. Il n’est pas rare que le gynécologue demande à la femme enceinte, non pas de manger, mais simplement de s’hydrater avec de l’eau ou des boissons non sucrées.

Toutefois, il faut être honnête, le jeûne peut créer des désordres digestifs pour la femme enceinte. C’est pourquoi il peut lui être recommandé de consulter un médecin  nutritionniste ou une diététicienne, pour établir des menus adaptés à son état.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *