Grossesse et aides financières.

Attendre un enfant demande de faire des démarches administratives. Il est indispensable de déclarer sa grossesse, pour préparer l’arrivée de bébé.

Cela permet de prendre en charge les dépenses de santé et d’ouvrir droit aux indemnités journalières. Cette déclaration est différente de la déclaration de naissance, bien sûr, puisque bébé n’est pas né.

La déclaration de grossesse, un passage obligatoire pour la femme enceinte

La caisse d’allocations familiales et la caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) doivent être informées de votre grossesse, avant la fin du 3ème mois.

Cette déclaration se fait par le biais d’un document intitulé « premier examen prénatal », que votre médecin ou sage-femme remplit.

Les deux premiers volets de la déclaration sont à envoyer à la CAF et le volet rose à la CPAM.

La prise en charge des soins médicaux par la Sécurité sociale

Une femme enceinte passe énormément de temps entre les visites chez le gynécologue, la sage-femme, les échographies, les analyses. Ce n’est qu’à partir du 6ème mois de grossesse, que la future maman est prise en charge à 100% par la Sécurité sociale.

Sept visites prénatales sont remboursées à 100% par la Sécurité sociale. Faites auprès d’un médecin ou une sage-femme, elles sont indispensables pour surveiller l’état de santé de la maman et du futur bébé.

La première a lieu avant le 3ème mois de grossesse. Elle est indispensable pour fixer la date présumée de l’accouchement, déterminer le groupe sanguin, établir la recherche de maladies comme la toxoplasmose… A cette occasion, le professionnel de santé remplit la déclaration de grossesse.

Lors de la grossesse, tous les parents attendent avec impatience, le moment de la rencontre de l’enfant, à travers l’échographie. Trois échographies sont prévues pour vérifier le bon déroulement de la grossesse. Si nécessaire, le médecin peut prescrire des échographies supplémentaires. Ces dernières sont remboursées intégralement à partir du 6ème mois de grossesse.

De plus, sont pris en charge à 100% par la Sécurité sociale :

  • L’amniocentèse et le caryotype fœtal, examens proposés aux femmes aux grossesses à risques pour vérifier la bonne santé de bébé
  • Les séances de préparation à l’accouchement, bien que non obligatoires
  • Au moment de l’accouchement, les frais de séjour à l’hôpital ainsi la péridurale.

Les aides financières pour les parents

La Caisse d’Allocations Familiales versent la prestation d’accueil du jeune enfant, en cas de naissance ou adoption. Celle-ci est octroyée en fonction des revenus du parent ou du couple. Elle comprend :

  • la prime de naissance ou d’adoption
  • l’allocation versée mensuellement jusqu’aux trois ans de l’enfant
  • le complément de libre choix du mode de garde : ainsi, vous êtes aidés financièrement pour employer une assistante maternelle ou une personne qui garde les enfants à domicile
  • le complément de libre choix d’activité ou le complément optionnel de libre choix d’activité (colca) : ces aides permettent à un des deux parents de ne pas travailler ou de travailler à temps partiel, pour pouvoir s’occuper de son enfant.

Vous pouvez vous renseigner auprès de la CAF, afin de voir si vous pouvez bénéficier de ces aides. Vous pouvez aussi contacter des assistants sociaux, votre mairie et des associations, si vous avez des difficultés financières.

Le congé maternité, le repos de la maman

C’est le moment tant attendu où la maman peut enfin souffler. La durée du congé maternité est variable. Il dépend du nombre d’enfants que la future maman attend et ceux déjà à charge.

Le congé prénatal et postnatal est donc variable.
A la naissance du premier ou second enfant, le congé prénatal est de 6 semaines et le congé postnatal de 10 semaines. Si vous accouchez d’un troisième enfant, vous aurez droit à un congé prénatal de 8 semaines et 18 semaines après la naissance.

Les heureuses mamans de jumeaux bénéficient de 12 semaines avant la naissance et 22 semaines après l’accouchement, pour s’occuper de leurs nouveaux-nés. Enfin, en cas de naissance de triplés ou plus, les mamans ont droit à 46 semaines de congé : 24 semaines avant et 22 semaines après la naissance.

Le congé maternité peut ouvrir droit à des indemnités journalières. Ce sont des sommes versées pour compenser la perte de salaire, pendant l’arrêt de travail.  Pour cela, il faut avoir été immatriculé comme assuré social durant 10 mois et avoir travaillé 200 heures durant les trois mois précédant le congé prénatal. Vous pouvez vous renseigner à votre caisse d’assurance maladie, pour plus d’informations.

Le congé paternité, la présence du père après la naissance

C’est l’occasion parfaite pour prêter main forte à la maman et partager le bonheur familial, en étant très présent. Ce congé est pris souvent à partir de la date présumée de l’accouchement.

Le salarié a l’obligation d’informer son employeur, de la prise de congé. Le papa peut bénéficier d’un congé paternité de 11 jours consécutifs, en plus de 3 jours du congé de naissance. Pour les naissances multiples, le congé paternité est de 18 jours.

7 réflexions au sujet de « Grossesse et aides financières. »

  1. bonjour,
    je voulais avoir quelque renseignement je suis dans mon 4ieme mois de grossesse , je travaille dans le pret a porter je suis debout toutes la journée et ma patronne ne veut pas me donner mes 30 min en moins de travail par journée , jai du me mettre en arret la semaine derniere car j’avais des douleurs pelvienne je doit reprendre le travaille demain mais j’ai toujours mal , j’ai repris rdv chez mon medecin , mais je voulais savoir si il me met en arret juste cas se que j’accouche esce que j’aurais le droit une aide de la caf sachant que je suis en cdi depuis le 20aout 2011 j’étais a 30h et le 01/11/2011 je suis passer a 35h?
    j’attend vos reponse je suis perdue

  2. Nous essayons de donner le maximum d’informations, mais dans votre cas, mieux vaut être certaine. Pourquoi ne téléphonez vous pas à la CAF, ils répondent 🙂

  3. Bonjour,
    Ma petite amie est colombienne, habite en Colombie, enceinte, mais n’a jamais travaillé en France, donc pas de sécurité sociale. Moi je suis Français, j’y travaille depuis 8 ans.
    Je voulais savoir si il y avait un moyen pour elle d’avoir un remboursement pour son accouchement si elle vient en France ?

  4. @ Franck
    Hum.. A priori, non, sinon de nombreuses personnes ne bénéficiant d’aucune prestation sociale dans leur pays viendraient accoucher en France.

  5. Bonjour, actuellement âgée de 21 ans je souhaitais savoir à quelle(s) aide(s) ai je droit et en fait cela fait plus de trois mois que je suis enceinte mais je n étais pas au courant est ce que la caf acceptera qu au même ma demande à la paje

  6. @ Menuet
    Le plus simple est que vous contactiez la CAF. Il y a toujours des cas particuliers et une réponse généraliste que je vous ferais n’est pas forcément adaptée.

  7. Bonjour,

    Actuellement enceinte de 5 mois je n’ai aucun revenus. Je ne peux bénéficier du rsa car mon conjoint touchais beaucoup trop les mois concernant ma demande. Il es au chômage depuis fin juin, financierement on ne sens sort pas du tout. J’aurai voulu savoir si il y avai une possiblite d’aide financiere jusqu’a mon conges maternité qui sera le 13/10/2015. Merci pour votre réponse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *