Jumeaux, triplés, comment le gérer ?

Sujets de complaintes et d’admiration, les parents de jumeaux ou triplés sont perçus comme un phénomène de curiosité.

Ils doivent assumer 2 voire 3 bébés à la fois, qui pleurent, qui sont à changer et qui ont faim en même temps.

Si la grossesse multiple n’est pas de tout repos, avec une surveillance médicale accrue, une éventuelle proposition de réduction embryonnaire et des risques de fausses couches plus élevés, les premières semaines qui suivent la naissance demandent de l’organisation, ce qui n’est pas évident pour une maman en proie au baby blues.

Lire la suite

Les concours de beauté et les enfants

Les concours de beauté connaissent un engouement significatif. On voit fleurir sur un grand nombre de sites de puériculture ou de produits destinés aux enfants, des concours pour élire le plus beau bébé. En fonction des marques, les lots ne sont pas toujours très importants : l’enfant devient parfois l’égérie de la marque, en faisant quelques photos et gagne quelques produits.

Sur les réseaux sociaux, les parents appellent à voter pour leur progéniture, comme si l’enjeu était digne d’une élection présidentielle.

Il est normal de trouver que son enfant est la 8ème merveille du monde. Mais qu’est-ce qui pousse les parents à faire participer leur enfant ?
Lire la suite

Google + Babystock

Pour celles qui utilisent les services de Google comme Gmail ou autre, sachez que vous pourrez aussi suivre l’actualité de Babystock sur Google Plus au travers de mon compte Google + Babystock.

Plus largement, il m’arrivera sans doute d’y relayer aussi des informations ayant trait à la grossesse ou aux mille et une manières de s’occuper de bébé.

L’engouement pour les prénoms bretons

On ne parle plus de vague, mais bien de déferlante bretonne pour les prénoms de 2013.

Les prénoms bretons ont le vent en poupe, que ce soit aussi bien pour les bébés garçons, que pour les petites filles.

Dans la tendance, ils dépassent les “frontières” de la Bretagne, pour gagner tout l’hexagone, les maternités de l’Ile-de-France en tête.

Lire la suite

Le congé de paternité

Avant, les papas ne disposaient que de 3 jours d’absence au travail, lors de la naissance de leur enfant. Ce congé express ne couvrait même pas le séjour à la maternité.

Aujourd’hui, les hommes peuvent bénéficier du congé de paternité de 11 jours ou de 18 jours en cas de naissance multiple, qui s’ajoutent aux 3 jours d’absence autorisés.

Le père peut donc seconder la maman et profiter des premiers moments avec bébé. Ce congé de paternité doit être pris dans les 4 mois qui suivent la naissance.

Lire la suite

Bébé sur les réseaux sociaux

Annoncer la naissance de bébé sur un réseau social comme Facebook ou Twitter est chose courante et banale, dans la société numérique, dans laquelle nous vivons.

Les futurs parents n’hésitent plus à exposer les photos du ventre arrondi de la maman, de l’échographie morphologique en 3D, en photo de profil. La grossesse s’affiche et se partage à volonté avec ses amis et sa famille.

Lire la suite

Le parrainage d’un enfant

La misère des enfants à l’autre bout du monde vous touche ? Vous souhaiteriez aider un enfant de votre ville à grandir et s’épanouir ?

Le parrainage d’un enfant est une action bénévole, pour venir en aide aux familles qui manquent de structure ou touchées par des conditions de vie très précaires.

Le parrainage est un engagement sur la durée : un lien se tisse entre l’enfant et son parrain.

Lire la suite

Parler à bébé : une évidence

En tant que parent, à l’instant même de la naissance, les parents commencent à parler à leur enfant. Ils racontent des choses toutes simples, comme leur bonheur de savoir que bébé est enfin arrivé et de faire connaissance après neuf mois d’attente.

Bébé ne semble pas forcément réceptif aux paroles des parents. Néanmoins, il a entendu les voix de ses parents durant sa grossesse et se sent en confiance, avec toutes ces voix familières autour de lui.

Lire la suite

Gérer les caprices et colères de l’enfant

Tous les enfants font des caprices et des colères, à un moment donné.

Ils expriment parfois de manière violente, leur mécontentement et refusent l’autorité. Ils cherchent à repousser les limites sans cesse, jusqu’à l’affrontement.

De 18 mois à 4 ans, l’enfant peut faire des colères pour un évènement mineur : le refus d’un bonbon, l’oubli d’un jouet, la contrariété dû à un changement des habitudes…

Lire la suite